Michel Ancel

De RayWiki, le wiki Rayman
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Michel Ancel.

Michel Ancel est un concepteur de jeux vidéo franco-monégasque. Il est le co-créateur du personnage de Rayman, avec Frédéric Houde, et a travaillé et de la majorité des jeux qui le mettent en scène.

Biographie

Source principale : L'Histoire de Rayman

Michel Ancel est né le 29 mars 1972 à Monaco. Cadet de la famille, il a deux sœurs, Sophie (l'ainée) et Isabelle (la benjamine) et un frère, Philippe. Certains de ses proches auront l'occasion de travailler sur ses jeux, notamment les Rayman : Sophie a participé au premier opus de la série et Philippe à Rayman Origins.

Le père de Michel Ancel est militaire et a voyagé tout autour du globe avec sa famille. Durant l'enfance de Michel, son imaginaire a été nourri par les contes et les légendes des pays où il a vécu.

En 1983, la famille Ancel déménage en Tunisie, où le père a été affecté. Cette même année, Michel a son premier contact avec le jeu vidéo, lorsqu'il découvre Plaque Attack sur l'Atari VCS 2600 d'un ami. Ce jeu l'a énormément marqué.

En 1986, la famille Ancel revient en France. En 1987, elle s'installe près de Montpellier. Michel enrichie sa culture vidéoludique grâce à de nombreux jeux d'arcade, parmi lesquels Galaga, Ghost'n Goblins et Pac-Man. Désireux de se lancer dans la programmation de jeux vidéo, il se fait la main sur le logiciel de dessin de son Atari 520 ST, apprend la programmation en GFA BASIC et imagine des ébauches de jeux.

En 1988, Michel Ancel, alors âgé de seize ans, est embauché par le programmeur Nicolas Choukroun en tant qu'artiste. Les deux hommes travaillent d'abord sur Mechanic Warriors, un jeu de stratégie. Il ne trouve malheureusement aucun preneur, bien qu'il ait été proposé à la société Lankhor. Michel Ancel et Nicolas Choukroun signent ensuite un accord avec la jeune société de jeux vidéo Ubi Soft des frères Guillemot. Ils développent pour eux The Intruder, un shoot 'em up inspiré de Plaque Attack, et Pick'n Pile, un jeu de puzzle proche de Tetris. Les deux autres jeux rencontrent un succès très modeste à leur sortie.

Fin 1989, Michel Ancel s'inscrit à un concours d'animation informatique organisé par Ubi Soft. Sa participation représente la Terre en train de se transformer en un vaste désert. Il ne gagne pas la compétition, mais il est remarqué par les frères Guillemot, qui l'invitent dans leur studio en Bretagne pour le rencontrer. Michel Ancel leur présente un projet de jeu de puzzle : The Teller. Ils acceptent de le publier, et Michel intègre Ubi Soft en tant que graphiste indépendant. Il quitte le lycée pour pouvoir se concentrer sur le développement de The Teller. Il est commercialisé à l'automne 1990 et rencontre un succès relatif.

Début 1991, Michel Ancel devient salarié chez Ubi Soft. Il part s'installer en Bretagne avec sa compagne et ses deux filles. La même année, Ubi Soft décide de relocaliser tous ses employés sur Paris. Michel Ancel s'y installe, mais sa famille retourne sur Montpellier. Les nouveaux jeux sur lesquels il travaille, principalement des jeux de course, ne le passionnent pas et il ne supporte pas l'éloignement avec ses proches. Aussi, il quitte le studio d'Ubi Soft Paris et retourne sur Montpellier début 1992.

Alors qu'il travaillait à Ubi Soft Paris, Michel Ancel a rencontré un programmeur anglais, dont il a (volontairement) oublié le nom après leur séparation. Il a travaillé avec Michel sur un jeu PC que l'on pourrait qualifier d'ancêtre de Rayman, dont le héros était inspiré d'un croquis que Michel a réalisé durant son adolescence. Mais ce programmeur a finalement laissé tomber Michel, sans que ce dernier en comprenne la raison exacte.

Avant son départ de Paris, Michel Ancel a retrouvé Frédéric Houde, ami d'enfance doué en programmation et travaillant en indépendant pour Ubi Soft. Michel lui propose de reprendre le jeu PC abandonné par le programmeur anglais, ce qu'il accepte. Les deux hommes se mettent au travail courant 1993. Inspirés par le logiciel de "ray-tracing" que Michel utilise pour des tests, ils décident d'appeler le futur jeu et son personnage principal Rayman. Ils commencent à développer sa première aventure sur Super NES.

Michel Ancel et Frédéric Houde sont d'abord les seuls impliqués sur Rayman. Ils travaillent surtout à distance, Michel étant sur Montpellier et Frédéric étant resté sur Paris. Frédéric s'occupe de toute la partie programmation. Michel lui envoie des graphismes, des animations et d'autres éléments créés sur Atari, qu'il reporte sur son PC. Finalement, les deux hommes sont recontactés par les frères Guillemot. Ils leur proposent de créer une filiale d'Ubi Soft à Montpellier et d'y développer le jeu qu'ils préparent avec un moteur maison. Michel Ancel et Frédéric Houde acceptent, puis se réunissent à Paris pour présenter la bible de game design de Rayman aux frères Guillemot, qui sont conquis par le projet.

En 1994, Rayman est présenté au CES, un salon du jeu vidéo à Londres. Comme il fait une forte impression, Ubi Soft décide d'agrandir son équipe de développement. Michel Ancel et Frédéric Houde sont alors rejoints par plusieurs personnes, ce qui leur a permis de répartir les tâches et d'obtenir une aide plus que bienvenue. Les décors et les personnages ont pu être gérés par des graphistes et des animateurs talentueux. Il est également décidé que Rayman ne sortira pas sur Super NES, mais plutôt sur PlayStation, Jaguar, Saturn et PC.

En 1995, Rayman est publié et rencontre un succès mondial. Une suite est vite mise en chantier. Michel Ancel et Frédéric Houde l'envisagent d'abord en 2D, mais en voyant l'arrivée massive de la 3D et le rendu de jeux comme Crash Bandicoot et Super Mario 64, ils décident de passer à la 3D et de changer de moteur maison. Ce dernier sera plus tard connu sous le nom d'Ubisoft OpenSpace. Avant de s'en servir pour Rayman 2, Michel Ancel et l'équipe d'Ubi Soft Montpellier se lancent dans la réalisation un autre jeu : Tonic Trouble. Son développement est des plus chaotiques, et Michel Ancel en garde de mauvais souvenirs. Mais il aura permis à toute l'équipe de s'entraîner à l'utilisation de la 3D.

En 1999, Rayman 2 est publié et rencontre un fort succès. Michel Ancel décide alors de mettre Rayman de côté pendant un temps et se lance dans la création d'un nouveau jeu d'action-aventure : Beyond Good and Evil‏‎. Il le développe sur un nouveau moteur maison d'Ubi Soft, le Jade engine, qui donnera son nom à l'héroïne du jeu. À cause de cela, Michel Ancel a été peu présent pendant le développement de Rayman 3. Il a cependant rencontré l'équipe du jeu à plusieurs reprises pour discuter du nouveau look de Rayman, des personnages et des environnements.

Beyond Good and Evil‏‎ est publié en 2003, la même année que Rayman 3. Il rencontre un certain succès critique, mais pas commercial. Michel Ancel, déçu de cet accueil, décide de ne pas donner de suite au jeu dans l'immédiat.

En 2005, Michel Ancel est approché par le réalisateur néo-zélandais Peter Jackson. Ce dernier a été déçu par les adaptations en jeu vidéo de sa trilogie sur Le Seigneur des Anneaux, réalisées par Electronic Arts. Fan de Beyond Good and Evil‏‎, il propose à Michel Ancel de s'occuper de l'adaptation de son dernier film, King Kong, sous la forme d'un FPS immersif. Michel accepte et la développe sur le Jade engine. Son travail est très apprécié et lui vaut notamment le trophée du meilleur jeu adapté d'un film lors des Spike Video Game Awards de 2005. Pendant un temps, Michel Ancel et Peter Jackson ont travaillé sur un King Kong 2 faisant suite au premier opus. Mais il a été finalement abandonné, et n'a pas dépassé le stade de prototype.

Fin 2005, Michel Ancel décide de revenir vers Rayman. Il travaille d'abord sur un jeu d'action-aventure en 3D appelé Rayman 4, qui prend le nom de Rayman contre les Lapins Crétins en avril/mai 2006, une fois que les ennemis sont déterminés. Il est développé sur le Jade engine et sera un des jeux de lancement de la nouvelle console de Nintendo : la Wii. Cependant, Michel Ancel et l'équipe d'Ubisoft Montpellier se rendent vite compte que la production d'un jeu d'action-aventure leur demandera du temps, beaucoup trop pour le terminer avant la sortie de la Wii en novembre 2006. Aussi, ils décident de transformer Rayman contre les Lapins Crétins en party game pour être dans les temps et exploiter le potentiel de la console.

Le 13 mars 2006, Michel Ancel est fait Chevalier des Arts et des Lettres par le ministre de la Culture Renaud Donnedieu de Vabres. Il est décoré en même temps que deux autres grandes figures du jeu vidéo : Frédérick Raynal, à qui l'on doit Alone in the Dark et Little Big Adventure, ainsi que Shigeru Miyamoto, le créateur de nombreuses franchises de Nintendo. C'était la première fois que des concepteurs de jeux vidéo recevaient cette distinction.

Après la sortie de Rayman contre les Lapins Crétins, Michel Ancel décide de laisser d'autres équipes s'occuper du futur des Lapins. Entre 2007 et 2011, il tente d'abord de se consacrer à une suite de Beyond Good and Evil‏‎, mais il finit par abandonner pour revenir vers Rayman. Après avoir envisagé de réaliser un jeu en 3D portant encore le nom de Rayman 4, il décide de partir sur un nouveau Rayman en 2D. Le jeu est donc baptisé Rayman Origins, pour marquer ce retour aux sources. Il est développé sur un nouveau moteur maison : l'UbiArt Framework. Michel Ancel prévoit d'abord de diviser le jeu en plusieurs épisodes, avant d'y renoncer.

Rayman Origins est publié en novembre 2011. Il a immédiatement rencontré un vif succès critique, mais pas commercial. En effet, il est sorti le même mois que les nouveaux opus de grands noms du jeu de plates-formes (Super Mario 3D Land, Sonic Generations...) et de séries à succès (The Legend of Zelda: Skyward Sword, Skyrim...) Les ventes s'amélioreront par la suite : elles atteignent les deux millions en 2014.

En 2011, Michel Ancel rencontre Fabien Delpiano, un des fondateurs du studio de développement Pastagames, et lui propose d'adapter Rayman Origins sur smartphones et tablettes. Ce projet devient finalement le jeu de plates-formes/runner Rayman Jungle Run. Le succès qu'il rencontre sur l'Apple Store et le Google Play Store est tel qu'une suite développée par Ubisoft voit le jour en 2013, sous le nom de Rayman Fiesta Run.

En 2012, Rayman Legends, suite de Rayman Origins, est annoncé. Il est toujours développé par Michel Ancel, et toujours sur l'UbiArt Framework. Il est publié en 2013 sur PC, Xbox 360, PlayStation 3, PlayStation Vita et la nouvelle génération de consoles de salon (Wii U, Xbox One et PlayStation 4). Une fois encore, le succès critique est au rendez-vous, mais le succès commercial n'est pas immédiat.

Dans L'Histoire de Rayman, Michel Ancel révèle que lui et l'équipe d'Ubisoft Montpellier ont commencé à travailler sur un nouveau jeu Rayman en 3D en 2013. Mais le projet a été abandonné à cause des faibles ventes de Rayman Legends, qui laissent à penser que les joueurs n'attendent plus forcément Rayman sur les consoles de salon. En revanche, au vu du succès de Rayman Jungle Run et Rayman Fiesta Run, Michel Ancel voit actuellement le futur de Rayman sur les smartphones et les tablettes. Ce qui explique peut-être le développement de Rayman Adventures puis de Rayman Mini sur les supports mobiles en 2015 et 2019.

En 2014, Michel Ancel fonde un nouveau studio de jeux vidéo indépendant, Wild Sheep. Il y développe actuellement un jeu appelé Wild, qui sortira exclusivement sur PlayStation 4.

En 2016, Michel Ancel annonce qu'il a commencé à travailler sur une préquelle de Beyond Good and Evil‏‎, qui est alors au stade de pré-production. Son développement commence en 2017, et est officialisé lors de l'E3 de la même année.

Le 12 octobre 2017, Michel Ancel a déclaré sur son compte Instragram qu'il travaillera peut-être sur une quatrième aventure pour Rayman après Wild et Beyond Good and Evil‏‎ 2.

Cependant, le 18 septembre 2020, Michel Ancel a fait une autre déclaration sur Instragram, indiquant qu'il se retire du monde vidéoludique, après plus de 30 ans passés dans ce milieu. Il souhaite désormais se consacrer à sa seconde passion, la vie sauvage, en créant un sanctuaire pour animaux sauvages. Concernant les développements de Wild et Beyond Good and Evil‏‎ 2, il précise qu'il n'y est plus impliqué depuis plusieurs mois déjà, les équipes étant devenues autonomes. Elles ont continué à travailler sur ces jeux après son départ, et continueront de le faire après son retrait.

Vie privée

Michel Ancel a eu deux enfants avec sa première compagne, dont une fille, Claire. C'est l'ainée de la famille, née lorsque Michel avait seize ans.

Michel Ancel est actuellement marié à Alexandra Ancel (anciennement Alexandra Steible), avec qui il a eu deux enfants. Il est également le beau-père des quatre enfants qu'Alexandra a eu lors de son précédent mariage.

Alexandra Ancel a travaillé sur plusieurs jeux Rayman, mais aussi sur Beyond Good and Evil et Peter Jackson's King Kong: The Official Game of the Movie. Elle est parfois créditée sous le nom d'Alexandra Steible.

Ludographie

Galerie

Michel Ancel au Spike Video Game Awards de 2005

Michel Ancel à la cérémonie de remise des insignes de Chevalier des Arts et des Lettres de 2006

Conférence de Michel Ancel et Yoshitaka Amano au Carrefour de l'animation de 2006

Michel Ancel à une convention à la Cité des Sciences en 2006

Liens externes